Hongrois : un député demande à prier contre «l’ultime assaut de Satan» contre la Famille

gay pride en Hongrie

Le député de l’Assemblée hongroise et membre du parti au pouvoir Fidesz András Aradszki a pris la parole à la tribune du Parlement le 9 octobre pour dénoncer le plan Soros qu’il a appelé «l’ultime assaut de Satan» contre la Famille et a comparé le milliardaire américain à Satan, à cause de ses projets portant sur l’avortement, l’euthanasie, le mariage homosexuel et la théorie du genre.

András Aradszki a déclaré lundi devant le Parlement du pays que Satan se dévoile actuellement à travers le milliardaire américain George Soros.
Dans un discours largement relayé par les médias hongrois, Andras Aradszki reproche au milliardaire le financement de divers organismes ayant vocation de détruire la famille. «Nous pouvons le voir avec le développement de l’avortement, du mariage homosexuel et de la théorie du genre», a énuméré le député.
«La plus grande et ultime attaque de Satan contre l’Église sera une attaque contre les familles», a déclaré l’homme politique hongrois, précisant que certaines idées défendues par M. Soros et par des organisations qui lui sont liées portaient notamment sur la famille.
«Combattre Satan est notre devoir chrétien», a appelé l’élu, avant d’ajouter que «le rosaire était l’arme la plus efficace contre le mal» et qu’il «était en mesure de changer le cours de l’histoire».

M. Aradszki a ajouté que le milliardaire américain voulait «diluer l’Europe chrétienne» par le biais des migrants arrivant sur le continent.
Depuis 2015, George Soros appelle l’Europe à ouvrir ses portes et accueillir plus de migrants, notamment «au moins un million de demandeurs d’asile par an dans un avenir proche». Cependant, les autorités hongroises ne partagent pas ce point de vue
il a aussi appelé ses concitoyens à remplir en ligne la «Consultation nationale sur le plan Soros».
Le gouvernement du Premier ministre Viktor Orban a en effet entrepris, depuis le 1er octobre, de consulter les Hongrois sur le «Plan Soros».

A l’image de précédentes consultations organisées par le gouvernement, l’opération combine l’envoi de milliers de questionnaires dans les foyers hongrois et une campagne d’affichage dans le pays et les médias pro-gouvernementaux.

Partager:

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »
 

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer